https://www.50a.fr fr glossaire-keyword
menu burger

Quantified self

Définition du Quantified self

Le phénomène du "Quantified self", ou "mesure de soi" fait référence à un mouvement né en Californie en 2007. C'est le fait de contrôler soi-même sa santé et son bien-être grâce au digital et aux outils connectés. Autrefois dédiée aux personnes diabétiques, "L'automesure" permet maintenant aux internautes d’enregistrer et évaluer ses moindres mouvements. Bracelets connectés, applications mobiles, ou encore coach virtuel permettent aux utilisateurs d'analyser leur état de santé, réguler le sommeil, surveiller le rythme cardiaque, améliorer les performances sportives, et même de mieux manger. Récemment popularisé en France par le biais des réseaux sociaux où les internautes ont commencé à partager leurs données, ce phénomène laisse également place au questionnement sur les objets connectés et la surveillance.

Bien que la collecte de données personnelles ne soit pas nouvelle, toute personne qui a un bloc-notes et un crayon peut faire le suivi de son apport calorique quotidien, par exemple, la capacité de l'associer à un calcul en temps réel du nombre de calories brûlées par une personne simplement en faisant entrer et sortir son linge de sa buanderie un jour donné facilite grandement sa compréhension. Et en ce qui concerne les technologies portables, comme les trackers de fitness, l'information peut parfois sauver des vies. Certains cabinets de médecins et certains hôpitaux examinent actuellement l'information fournie par ces appareils pour détecter les changements de la fréquence du pouls sur de plus longues périodes afin de déterminer s'il y a une corrélation entre ce phénomène et une activité excessive qui pourrait indiquer un problème plus grave.

Qu'est-ce qu'une technologie portable ?

La technologie portable, ou technologie portable comme on l'appelle plus communément, est toute technologie qui peut être fixée à votre corps. Plus précisément, il s'agit de dispositifs qui sont utilisés pour surveiller les actifs ou pour suivre et compiler des informations par rapport aux dispositifs qui sont attachés pour des raisons de commodité. Un suiveur de forme physique qui surveille votre pouls serait considéré comme une technologie portable, mais un téléphone qui tient dans un étui sur une ceinture ne le ferait pas.

Exemples

Un exemple d'outil d'auto-suivi quantifié est le Fitbit Tracker, qui suit les étapes franchies, la distance parcourue, les calories brûlées, les heures et la qualité du sommeil. Des dispositifs similaires incluent le Jawbone Up, le Withings Pulse (qui peut également surveiller la fréquence cardiaque), et le Nike+ FuelBand (qui suit l'activité diurne, mais pas le sommeil). L'application de suivi GPS Strava permet aux utilisateurs de voir et de partager leurs temps de vélo et de randonnée sur les itinéraires d'essai. Le Trace, un objet en forme de rondelle de hockey d'environ 2 pouces de diamètre, peut être attaché à une planche à roulettes, une planche de surf ou une planche à neige, et suit les informations sur la vitesse des athlètes, la distance parcourue, la hauteur du saut, les calories brûlées, le nombre de figures et plus, selon le fabricant ActiveReplay.

Certaines entreprises sont en train de mettre au point des outils permettant aux gens de suivre l'information recueillie à partir de tous leurs traqueurs. Ces " méta-pistes ", ou agrégateurs, ont pour but de trouver des connexions cachées dans toutes ces données qui, en fin de compte, pourraient aider les utilisateurs à améliorer leur vie.

Comment (pourquoi ?) se quantifier soi-même

Popularisé par les rédacteurs en technologie Gary Wolf et Kevin Kelly (Kelly a également co-fondé le magazine Wired), le soi quantifié est un terme large utilisé pour résumer toutes les différentes façons dont les gens utilisent la technologie de plus en plus efficace et disponible pour suivre leur vie quotidienne. Qu'il s'agisse simplement d'atteindre un certain but ou d'atteindre une sorte de niveau supérieur semblable à celui de Bouddha de ce que Wolf appelle " la connaissance de soi par les chiffres ", il n'y a pas de pénurie d'outils pour tout suivre, de vos exercices et habitudes de sommeil à votre fréquence cardiaque, votre glycémie et vos capteurs d'oxygénation du sang.

Comme beaucoup de mouvements avant elle, l'idée du moi quantifié est née à l'intersection d'un besoin reconnu et des avancées technologiques nécessaires pour y répondre. Les humains ont longtemps été dans la mesure des choses, mais jusqu'à assez récemment, la collecte de données était un long processus qui exigeait la saisie manuelle d'informations dans des feuilles de calcul et d'autres logiciels, puis leur utilisation pour construire des tableaux et des graphiques individuels. Elle était également sujette à l'erreur humaine et à la subjectivité, en fonction à la fois des efforts ciblés de l'auteur de la collecte de données et de la variation des cycles d'observation et de collecte pour brosser un tableau complet. Viennent ensuite la technologie automatisée, les capteurs plus intelligents et plus petits, le cloud computing et les médias sociaux. De petits capteurs alimentés par piles peuvent maintenant être utilisés pour recueillir des données, que les applications Web et les dispositifs synchronisables compilent et stockent automatiquement et présentent dans des emballages faciles à comprendre.

Prenez FitBit, par exemple. Ces appareils de suivi de l'activité de la taille d'une coupure de papier se synchronisent en continu avec les appareils intelligents et les ordinateurs pour fournir un large éventail d'informations relatives à la condition physique, y compris le nombre de pas qu'un utilisateur effectue dans une journée et la distance qu'il parcourt à pied, ainsi que les calories brûlées, la durée totale de son activité, son poids et ses variations graisse corporelles. Il permet également aux utilisateurs d'enregistrer les calories et les aliments qu'ils consomment chaque jour. Une application d'accompagnement présente ces données sous forme de tableaux et de graphiques faciles à lire, ainsi que des "badges" de récompenses pour la réalisation d'objectifs personnels. Des dispositifs similaires basés sur des capteurs peuvent être utilisés pour suivre la durée et les types de sommeil.

Mais le soi quantifié ne se limite pas à des objectifs de forme physique. Les chercheurs de connaissance de soi utilisent des outils de collecte de données pour ajouter une infinité de variables à leurs journaux, de la capacité de concentration et de l'humeur à la consommation de caféine et aux cycles menstruels.

Aspects positifs et négatifs du quantified self

Il est facile de voir l'attrait d'une partie de la technologie de quantification de base, qui peut être utilisée pour tenir des dossiers précis et à jour à l'appui d'un grand nombre de projets d'entraide : Sevrez-vous du café ! Suivez votre programme de perte de poids ! C'est un outil de découverte, un outil qui peut aussi aider les gens à enregistrer et à mieux comprendre leur état mental, par exemple. Utilisé correctement, le suivi des données personnelles est le miroir le plus précis jamais inventé, sans parti pris et à l'abri des émotions, des opinions courantes et des influences extérieures.

D'un autre côté, il y a peut-être trop de bonnes choses. Certains autodirecteurs sont découragés par la nature froide, sans émotion et axée sur les chiffres de la bête. Lorsque le soi quantifié devient un mode de vie, les autodirecteurs peuvent avoir tendance à assimiler leur estime de soi aux divers chiffres qu'ils calculent chaque jour. Ces chiffres ne mentent pas et ils peuvent être impitoyables. Vous sentez-vous déprimé si vous n'avez pas fait votre entraînement quotidien ou si vous avez dépassé votre apport calorique avec ce savoureux morceau de gâteau au chocolat ? On peut parler des assistants vocaux qui sont souvent épinglés de la part des utilisateurs car ils violent leurs vie privée en captant les conversation. Le danger des objet connectés est qu’ils peuvent être détournés par exemple avec les “machines zombies”, les hackers utilisent les objets connectés afin de réaliser des requêtes sur internet à l’insu des utilisateurs. Le résultat de ce mouvement croissant est que les gens sont plus conscients de leur santé personnelle. Il y a également une augmentation des connexions entre les données collectées et l'effet qu'elles ont sur le corps. Par exemple, les téléphones intelligents qui ont des applications qui peuvent suivre le nombre de pas que vous faites chaque jour peuvent également compter votre apport calorique et vos dépenses. Cela peut permettre à la personne moyenne une méthode plus facile de surveiller son parcours de perte de poids et la capacité d'adapter personnellement ses objectifs quotidiens en fonction des résultats souhaités.

La bonne nouvelle, c'est que les concepteurs de systèmes de suivi s'efforcent de rendre leurs programmes plus agréables. Un système numérique de désaccoutumance au tabac, par exemple, appelle quotidiennement les téléphones des utilisateurs et leur demande s'ils ont fumé au cours des dernières 24 heures. Si c'est le cas, la voix automatisée à l'autre bout de la ligne tente de rassurer l'utilisateur en lui envoyant un message lui demandant de " se calmer " et de réessayer demain. Étonnamment, la réassurance informatisée nous aide à nous sentir mieux.

Les app santés sont véritablement ancrés au coeur de ce phénomène de quantified self. Pour lire notre article c'est ici !

Nous contacter
Venez à l'agence :
31 rue blanche
75009 Paris
contact@50a.fr
01 40 33 00 65
Pas le temps ?

Formulaire de contact

Envoyer
newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter !