https://www.50a.fr fr glossaire-keyword
EN menu burger

Cancel culture

Depuis quelques années, un nouveau phénomène appelé « Cancel Culture » ou « Cancel-out Culture » fait fureur aux États-Unis et se répand de plus en plus dans le monde. Traduit en français en « Culture de l’annulation ou culture de la dénonciation », il s’agit d’un appel au boycott d’une personne, physique ou morale, qui a tenu des propos ou fait des actes jugés offensants. Prenant surtout son essor dans le monde du « showbiz », ce phénomène s’attaque à différents sujets comme le racisme ou le sexisme. Mais que sait-on exactement de cette pratique ? Pour vous aider à y voir clair, focus sur le Cancel Culture. 

cancel culture

La culture de l’annulation ou la dénonciation 

Pour faire simple, le cancel culture est une pratique qui consiste à ostraciser une personne qui tient des propos ou faits des actes qui conduisent à l’indignation publique, notamment sur les réseaux sociaux. Ce terme apparu pour la première fois en 2017 et base sont approchés sur le mouvement du woke. Il s’agit du fait de prendre conscience des injustices sociales et raciales subies par les minorités. En culture de dénonciation, ladite injustice fait l’objet d’une dénonciation public, ce qui conduit à une action massive comme un boycott ou une ostracisation de la personne concernée.

Aujourd’hui, cette pratique s’attaque à tous les sujets qui peuvent conduire à l’indignation d’une communauté ou du grand public. Il peut s’agir de propos ou d’actes considérés comme racistes ou sexistes. Cela peut aussi être un propos ou un acte considéré comme offensant ou haineux sur la religion ou sur la communauté LGBTQ. L’accusé et la victime peuvent donc être n’importe qui. Dans la majorité des cas, l’accusé est une personnalité publique comme un artiste, un businessman, un politicien, un intellectuel, etc. Parmi les nombreuses personnalités qui sont dénoncées ou « cancelled », on cite le réalisateur Roman Polanski, le producteur Harvey Weinstein et le professeur de criminologie Mike Adam.

Cette culture de la dénonciation a pris de l’ampleur grâce aux réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram et autres. En effet grâce à ces outils, il est possible de partager aisément les cas de propos ou de l’acte jugé injuste ou inacceptable. D’ailleurs, ironiquement, il arrive que le boycott soit causé par l’accusé lui-même. Parmi les exemples, on cite l’actrice Gina Carano qui est virée de la série à succès Mandalorian de Disney à cause de publications considérées comme odieuses impliquant les juifs et l’Allemagne Nazie. Selon le cas de figure, la culture de la dénonciation peut avoir un impact sur le long terme ou n’être qu’une action médiatique de courte durée.

Note : Si le terme « Cancel Out Culture » fait son apparition en 2017, notez que cette pratique ne date pas d’hier. À travers l’histoire, plusieurs personnalités publiques ont fait l’objet de boycott comme le philosophe Spinoza (1632 - 1677). Pour rappel, ce dernier est banni de la communauté juive au XVIIe siècle en raison de sa croyance.

 

Les cas de cancel culture d’actualité

Dans le monde de l’art, cette pratique peut conduire au boycott d’un œuvre comme un film, un livre ou un tableau, etc. Cela peut être dû à son auteur ou au contenu de l’œuvre lui-même.

L’affaire Polanski

Dans le domaine du cinéma, le réalisateur franco-polonais Roman Polanski est considéré comme une pointure avec des films à succès comme Rosemary Baby. Mais sa notoriété est tachée par plusieurs affaires de viol, dont la plus célèbre est celle de Samantha Geimer. Cette dernière n’avait que 13 ans au moment des faits. Cette sale réputation suit encore le réalisateur qui est rejeté par bon nombre de personnes du showbiz. Son dernier film dont le titre est ironiquement « J’accuse » fait l’objet de boycott et scandalise pour son César du meilleur réalisateur.

 

Les films boycottés

 Outre les auteurs, il y a également des films qui sont sujets à cancel culture en raison de leur contenu. C’est notamment le cas du film « Autant en emporte le vent » de Victor Fleming sorti en 1939. Si pendant longtemps, ce film est considéré comme un des plus grands chefs-d’œuvre du 7e art, il est aujourd’hui jugé comme raciste. En raison de la controverse, HBO max qui est chargé de sa distribution en ligne du film décide de retirer l’œuvre de son catalogue.

 

Le mouvement #MeToo

 Outre le cas Polanski, il y a de nombreux cas d’abus sexuel dans le showbiz. Au fil des années, de nombreuses femmes ont commencé à briser le silence, ce qui a conduit à la création du mouvement #metoo. À travers le monde, des noms de réalisateurs, producteurs et acteurs sont sujets au cancel out culture. On cite l’exemple de l’affaire Weinstein qui a eu gain de cause devant la justice américaine.

 

Le problème du cancel culture

Le cancel culture s’apparente au concept du politiquement correct, ce qui permet d’éviter d’offenser une personne ou une communauté sur son ethnie, son sexe ou sa religion. En théorie, cette pratique permet donc de développer une bonne conduite. Mais en pratique, c’est plus de l’auto-justice, un tribunal sur les réseaux sociaux. Il faut savoir que dans certains cas, la victime du cancel culture n’est pas toujours fautive.

Nous contacter
Venez à l'agence de Paris
28 rue du Chemin Vert
75011 Paris
contact@50a.fr
01 40 33 00 65
Emplacement 50A sur google maps
Pas le temps ?

Formulaire de contact

Nom et prénom
Société
E-mail
Mobile
Message

newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter !